Menu Rechercher DEVIS GRATUIT
isolation interieur

En France, l'isolation thermique par l'intérieur (ITI) est la technique qui prévaut, et ce, pour différentes raisons en plus du confort. Elle est en effet plus facile à mettre en œuvre comparée à l'isolation par l'extérieur et offre le choix entre de nombreux matériaux isolants. Avant d'opter pour cette méthode d'isolation des murs, il convient néanmoins de bien connaître ses spécificités. Quels sont alors les avantages et les inconvénients d'une isolation thermique par l'intérieur ? Pourquoi isoler les murs de sa maison ? Quel isolant faut-il choisir ? Vous pourrez trouver les réponses à vos questions sur comment isoler thermiquement par l'intérieur.

Dans quel cas privilégier l'isolation thermique intérieure ?

L'isolation thermique intérieure est la solution plus choisie en France, car c'est aussi la technique la moins coûteuse. Mais ce n'est pas la seule raison. En effet, elle est à utiliser lorsqu'il est impossible de procéder à l'isolation par l'extérieur, notamment lorsque les règles d'urbanisme de votre ville vous empêchent de changer l'aspect de votre façade. 

Moins performante que l'isolation par l'extérieur, cette méthode offre néanmoins de nombreux avantages, outre son coût. Elle permet de traiter efficacement les ponts thermiques et vous aide à choisir entre de nombreux produits isolants. Elle est aussi particulièrement adaptée si vous ne souhaitez pas changer l'aspect extérieur de votre logement. De plus, de nombreux professionnels sont formés à cette technique d'isolation. 

Du côté des inconvénients, l'ITI (isolation thermique par l'intérieur) vous oblige à déménager durant les travaux. De plus, elle diminue votre surface habitable. Il est donc important de peser le pour et le contre avant de se lancer dans ce type de travaux pour votre maison. 

Les techniques d'isolation thermique par l'intérieur

L'application directe de panneaux

Cette technique pour isoler consiste à fixer directement sur les murs intérieurs des panneaux isolant intérieur rigides ou semi-rigides à l'aide de colle ou de chevilles. Ces panneaux se composent de l'isolant, d'un pare-vapeur et d'un parement de finition. 

Cette méthode d'isolation thermique intérieure par doublage collé permet de préserver une certaine surface habitable, les panneaux étant assez performants thermiquement et ne nécessitant alors pas beaucoup d'épaisseur. Il est possible d'utiliser des panneaux en polyuréthane, en polystyrène expansé (PSE), en fibre de bois ou encore en ouate de cellulose. 

Avant d'acheter les produits, assurez-vous de leur compatibilité avec vos murs intérieurs.

Les contre-cloisons maçonnées

Cette technique est moins utilisée du fait de sa complexité. Elle nécessite en effet d'ériger un double mur, en parallèle du mur existant. Elle convient notamment pour les supports fortement abîmés. L'isolant sera inséré entre les deux, sous forme de panneaux d'isolation mur intérieur ou en vrac.

Avant les travaux dans votre maison, il est important de veiller à ce que le plancher soit en mesure de supporter le poids de la double cloison. Particulièrement efficace sur le plan thermique, cette technique d'isolation thermique par l'intérieur présente un inconvénient principal : celui de diminuer fortement la surface habitable.

L'isolation projetée

Si vos murs intérieurs présentent des défauts de planéité, c'est la technique adaptée. On utilise alors le plus souvent de l'ouate de cellulose et du polyuréthane qui sera directement projeté sur le mur. Si votre isolant présente une faible épaisseur, vous pourrez renforcer son pouvoir thermique en appliquant un enduit isolant sur le mur.

L'ossature bois ou métallique

Cette solution d’isolation thermique intérieure avec doublage sur ossature est adaptée si votre mur présente d'importants défauts ou n'est pas en mesure de supporter le poids du complexe isolant. Ainsi, l'isolant est alors inséré dans l'ossature, puis recouvert d'un frein vapeur et d'un parement.  Pour le matériau isolant, vous pourrez utiliser des laines minérales ou biosourcées : la laine de chanvre ou encore l'ouate de cellulose. En ce qui concerne l'ossature, elle permet d'utiliser des rouleaux, des isolants en vrac, déversés ou insufflés, ou encore des panneaux d'isolation mur intérieur semi-rigides. À votre guise !

Isolation thermique intérieure : la préparation des murs

Si vous isolez votre maison par l'intérieur dans le cadre d'une rénovation, pour votre confort, il sera important de préparer vos murs en amont. En cas de présence de papier peint par exemple, il faudra absolument l'enlever pour permettre une meilleure évacuation de l'humidité. 

Il en est de même pour certains enduits à base de placo ou de chaux qui ne vont pas pouvoir supporter un certain niveau d'humidité. Côté extérieur, il faudra s'assurer que les murs soient parfaitement étanches à l'eau. Il faudra également régler tout problème d'humidité pour ne pas dégrader prématurément le nouvel isolant qui va être mis en place. 

Il faudra également vérifier l'étanchéité à l'air du bâtiment, au niveau des joints des fenêtres par exemple, pour ne pas altérer l'efficacité de l'isolation des combles par exemple. Une fois l'isolant mis en place, évitez de poser des accessoires dans le mur : conduit, VMC, câbles, etc. 

Ces travaux d'isolation thermique intérieure (ITI) sont sensibles, d'où l'importance de faire appel à des professionnels pour leur réalisation.

Composition isolation thermique extérieure

Isolation thermique : quel isolant choisir ?

isolation combles

Vous avez de nombreux choix sur le marché, présentant un rapport qualité-prix différent pour l'isolation thermique extérieure. Le premier critère auquel il faut s'intéresser pour choisir le type d'isolant est l'épaisseur de l'isolant. La plupart des gens se tourneront vers un isolant présentant une haute résistance thermique pour une faible épaisseur afin de limiter la perte en m² habitables, et à raison. 

En revanche, il est aussi important que l'isolant choisi soit compatible avec les murs et le bâtiment en général. En optant pour un isolant hydrophobe par exemple, vous allez bloquer les transferts d'humidité, ce qui peut créer un phénomène de condensation. Dans le cas d'un logement ancien, les isolants biosourcés sont alors les plus recommandés. 

Parmi les isolants les plus utilisés pour l'ITI, l'isolation thermique intérieure de la maison, on retrouve un grand nombre de matériaux, à tous les prix : ouate de cellulose, la laine de bois, le coton recyclé, le chanvre, la laine de verre, la laine de roche, le polystyrène expansé (PSE) et le polyuréthane.

Les aides financières disponibles

Vous pouvez profiter de nombreuses subventions pour isoler votre logement par l'intérieur : éco-prêt taux zéro, prime énergie, TVA à 5,5 %, les aides de l'Anah, les CEE...

Pour en profiter, il faut respecter deux conditions principales : ·        

  • La résistance thermique de l'isolant (R), correspondant à son pouvoir isolant, qui doit être d'au moins 3.7 m².K/W. S'il s'agit de la valeur par défaut, le mieux est d'opter pour une résistance d'environ 5 m².K/W pour une isolation efficace de votre mur et pour anticiper l'évolution de la réglementation ; ·         
  • Une pose réalisée par un artisan RGE (Reconnu garant de l'environnement), comme Technitoit. Faire appel à nos professionnels de l'isolation est un gage de la qualité des travaux, mais cela vous permet également de profiter de conseils avisés sur les aides potentielles, selon votre situation. 

Ces aides pour l'isolation de vos murs vous permettront d'amortir le coût des travaux d'isolation thermique intérieure et acoustique pour votre maison. Pour obtenir une estimation détaillée du prix pour l'isolation et profiter d'une pose de qualité pour améliorer la performance énergétique, demandez un devis gratuit sur notre site.

Devis gratuit

Devis gratuit & sans engagement

Confiez-nous votre projet


* Champs obligatoires

FAQ

Quelle est la meilleure isolation intérieure ?

Le choix de la technique d'isolation dépend de l'état de vos murs et des m² que vous êtes prêt à sacrifier. On distingue principalement trois techniques : ·         

  • l'application directe de panneaux isolants intérieurs rigides ou semi-rigides sur les murs, avec des chevilles ou de la colle. Les panneaux sont dotés de l'isolant, d'un pare-vapeur et d'un parement. Cette technique a l'avantage de ne pas trop réduire la surface habitable ; ·         
  • l'application de l'isolant dans une structure métallique ou en bois, offrant de nombreux choix d'isolants ; ·         
  • les contre-cloisons maçonnées, impliquant de créer un autre mur en plus de celui existant. L'isolant sera inséré entre les deux. Cette technique convient pour les murs présentant de gros défauts, mais elle diminue grandement la surface habitable.

isolation murs

Quel matériau pour isoler un mur intérieur ?

Tout dépend de votre budget et de vos besoins pour l'isolation d'un mur intérieur. Vous pouvez choisir des matériaux minéraux comme le verre cellulaire, la laine de verre la laine de roche et l'argile expansé. Ils sont moins coûteux, mais durent aussi moins longtemps. 

Les isolants naturels, comme le liège la fibre de bois ou encore la laine et le coton, offrent de bonnes performances thermiques et sont plus eco-friendly. Ce qui n'est pas le cas du polystyrène expansé ou extrudé ou du polyuréthane, malgré leurs performances. Des matériaux innovants comme l'aérogel présentent aussi des performances énergétiques intéressantes, mais sont assez coûteux.

Comment faire une bonne isolation intérieure ?

Pour assurer une bonne isolation thermique intérieure (ITI) et un super confort chez vous, il est nécessaire de suivre quelques recommandations. Cela commence par le choix de l'isolant, dont les performances thermiques et phoniques doivent être certifiées Acermi et qui doit laisser les murs respirer. 

Avant de commencer les travaux, prenez également quelques précautions en traitant les problèmes d'humidité. Si possible, prévoyez un espace d'air entre le mur et l'isolant pour éviter tout problème de condensation. 

Il est aussi recommandé de coupler l'isolation des murs avec un bon système de ventilation pour que l'air puisse se renouveler correctement. Et surtout, il ne faut pas oublier de réaliser un bilan thermique pour savoir précisément les ponts thermiques à traiter et l'isolant à utiliser. Ces travaux sont à confier à un professionnel.

Quelle épaisseur d'isolant pour les murs intérieurs ?

La réglementation impose une résistance thermique minimale de 3,7 m² K/W. Or, à épaisseurs égales, il n'est pas toujours possible d'obtenir la même résistance thermique pour deux isolants différents. L'épaisseur nécessaire pour obtenir une performance énergétique suffisante dépend alors de chaque matériau :        

  • Isolants naturels (laine de mouton, fibre de bois, ouate de cellulose) : 20 cm ; ·        
  • Laines minérales : 16 à 21 cm ; ·         
  • Polystyrène extrudé, expansé : 16 à 18 cm ; ·         
  • Laine de chanvre : 24 cm. 

Enfin, on retrouve également le polyuréthane de 12 cm.

DEVIS GRATUIT
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de ce site et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins statistiques, de personnalisation des contenus, de partage sur les réseaux sociaux, de contenus de plateformes sociales, de lecture vidéo, de mesure d'audience, de profilage et de publicité ciblée. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.
J'accepte